05/03/2006

"Esprit es-tu là?"

Cette phrase a été et est encore prononcée des millions de fois par des millions d'individus en quête de sensations fortes. Les tables se sont alors mises à tourner, des ectoplasmes sont apparus, les verres ont bougé et les médiums ont fait "parler les morts". Car le spiritisme c’est de faire "parler les morts" !

 

De tout temps et dans toutes les civilisations, les hommes ont voué un culte très particulier aux morts. Le grand passage, ce long voyage d'où dit-on l'on ne revient jamais, engendrait la crainte et le respect. Dans l'Histoire, on retrouve parfois des descriptions d'individus qui prétendaient communiquer avec les défunts. Mais ces pratiques n'avaient rien en commun avec le spiritisme tel que nous le connaissons encore actuellement. 

 

Le spiritisme a vu le jour au XIXième siècle aux Etats-Unis. En 1847, à Hydesville (région de New-York), deux jeunes filles, les soeurs Fox, prétendaient rentrer en contact avec l'esprit d'une personne qui fut assassinée dans la maison familiale. Les deux jeunes filles, âgées respectivement de quatorze et onze ans, lui posaient des questions et l'esprit dont il est question leur répondait par des coups sourds dans les murs. Elles mettront même au point un alphabet spirite (un coup pour la lettre A, deux coups pour la lettre B, etc). La nouvelle va se répandre comme une trainée de poudre dans le voisinage d'abord puis dans tout le pays. On viendra de partout assister aux démonstrations des Fox. Elles deviendront rapidement très célèbres et seront invitées à faire des démonstrations dans tout le pays. Le spiritisme va rapidement trouver un nouveau canevas de fonctionnement. Les participants devaient se réunir autour d'un guéridon à trois pieds en alternant hommes et femmes. Ils devaient poser leurs mains sur la table petits doigts contre petits doigts. Les "esprits" se manifestaient alors en faisant bouger la table toujours selon le principe de l'alphabet spirite. Ce système fut connu sous le nom de tables tournantes. Le succès fut fulgurant et le phénomène s'exportera de l'autre côté de l'Atlantique. A la fin de leur vie, les soeurs Fox avoueront que cette affaire de communication avec les morts n'étaient qu'une vaste supercherie qu'elles avaient inventée par jeu. Mais le spiritisme était né et plus rien, jamais, ne devait l'arrêter... En Europe, le succès du spiritisme fut foudroyant. Tout le monde, bourgeois ou simples citoyens, voulaient entrer en contact avec l'un de leur cher disparu et cela malgré les sévères mises en garde de l'Eglise et de la communauté scientifique. Des personnalités comme Théophile Gauthier, Guy de Maupassant et surtout Victor Hugo furent des adeptes acharnés du spiritisme qu'ils pratiquaient régulièrement. En Angleterre, le principal zélateur de la docrine spirite fut l'écrivain Conan Doyle qui inventa le personnage de Sherlock Holmes. En France, ce fut Allan Kardec (de son vrai nom Hippolyte Rivail), qui propagea le spiritisme. Il se disait même capable d'écrire des livres entiers sous la dictée de ses amis les "esprits". Son Livre des Esprits est même devenu l'un des grands classiques de la littérature ésotérique. Au cimetière du Père Lachaise à Paris, la tombe d'Allan Kardec reste l'une des plus fleuries et des plus visitées avec celles de la chanteuse mélancolique Edith Piaf et du poète maudit du rock américain Jim Morrison.

 

D'après M. Leurquin.

 

14:08 Écrit par warmax | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.