30/12/2006

Pour toujours

« Pete s’envole pour sa dernière mission de pompier volant et y laisse la vie.  Six mois plus tard, une douce créature lui propose de retourner sur Terre… ». 

 

always_critique1

Encore une histoire de fantôme me diriez-vous ?  Et oui, si ce n’est que cette fois-ci elle est réalisée par le célèbre Spielberg !  Si si je vous assure, je sais que vous non plus vous en avez jamais entendu parler, je suis « tombé » dessus ce mercredi en zappant…

C’est un film méconnu et sous-estimé de Steven Spielberg qui devrait à mon avis être rappelé à la mémoire collective dont acte !

 

Always (c’est le nom du titre en anglais pour ceux qui ne sont pas bilingue comme moi !)marque les retrouvailles du réalisateur avec son acteur fétiche de Rencontres du troisième type : Richard Dreyfuss. Il paraît que Always est le seul remake officiel de la carrière du réalisateur (jusqu'à ce que La guerre des mondes débarque en juin 2005), la plupart de ses films pouvant cependant être perçus comme des relectures de classiques du vieil Hollywood. Spielberg choisit ici de jeter son dévolu sur A guy named Joe (Victor Fleming, 1943), film qui n’est semble-t-il resté dans aucune mémoire, sauf dans celle de Steven (oui on se connaît…).


Tourné dans la foulée de Indiana Jones et la dernière croisade, Always marque le début d’une nouvelle période créative pour le cinéaste qui va, à partir de 1991, alterner films commerciaux et projets plus personnels. La présence au générique d'Audrey Hepburn (pour son ultime apparition angélique sur grand écran) en dit long sur la nouvelle orientation de Spielberg : convoquer des acteurs confirmés et reconnus et mettre le frein sur les délires d’effets spéciaux qui ont fait son succès (à moins que ce soit celui de Georges L.). Pour preuve, le fantôme incarné par Dreyfuss apparaît de la manière la plus simple au détour d’un raccord à la manière. Toutefois, chassez le naturel, il revient au galop comme le prouve le dernier quart d'heure du film, un anthologique combat aérien sur fond d’incendie de forêt.


Pourtant, malgré ses fulgurances pyrotechniques, Always est et restera avant tout un vrai film d’amour qui ne parle que du couple et de la difficulté des relations amoureuses, du deuil de la personne aimée et de la possibilité - non pas de refaire sa vie avec un autre - mais de continuer tout simplement.  Un récit émouvant.

D’après www.ecranlarge.com

 

22:26 Écrit par warmax dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : always |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.